UNE ASSOCIATION AU SERVICE DES MASSEURS-KINÉSITHÉRAPEUTES AVEUGLES ET MALVOYANTS

Massage assis entreprise

L’association a été créée pour rassembler et défendre les intérêts des déficients visuels dans la profession.

Préalablement à sa création, deux associations ont joué un rôle déterminant pour la promotion des aveugles et malvoyants dans ce secteur d’activité: il s’agit tout d’abord de l’Association Valentin Haüy (AVH), fondatrice de la première école de masseurs aveugles en 1906, puis de l’Union des Aveugles de Guerre (UAG) qui fonda la seconde en 1920.

Pourquoi une association professionnelle dédiée aux masseurs-kinésithérapeutes aveugles et malvoyants ?

La France compte de nombreuses associations s’intéressant à tous les champs de la vie sociale et professionnelle. Par les débats d’idées qu’elles instiguent, par leur capacité à se constituer en groupe de pression, à sensibiliser, voire à mobiliser l’opinion publique, à demeurer des interlocuteurs des pouvoirs publics, elles constituent en France le creuset de la vie démocratique.

Fondée en 1926 sous le nom d’Union Amicale des masseurs et masseuses aveugles de France, l’association devient Union professionnelle des Masseurs-kinésithérapeutes aveugles en 1950, après la création légale de cette profession en 1946.
Son intitulé s’est adapté à l’évolution sémantique du moment et, en 2003 elle devient :
Union Nationale des masseurs-kinésithérapeutes Aveugles et Malvoyants (UNAKAM).

1/ Parce que le groupe des aveugles et malvoyants est historiquement situé et nombreux dans cette profession :
de 1.500 à 2.000 en activité aujourd’hui ; mais en même temps minoritaire au regard de la population générale des professionnels (55.000 en activité en 2006).

2/ Parce qu’elle constitue une voie privilégiée d’insertion professionnelle et d’intégration sociale des déficients visuels en France.
En effet, dans une société normative et discriminatoire, de plus en plus productiviste les personnes ne répondant pas à un schéma social ou professionnel « établi », tendent à être marginalisées et par conséquent peuvent se retrouver en situation d’exclusion professionnelle voire sociale.

Quel projet pour une association professionnelle ?

L’union Nationale des Masseurs Kinésithérapeutes Aveugles et Malvoyants, vise à l’intégration sociale des personnes aveugles et malvoyantes par la profession de Masseur kinésithérapeute. Sa mission est à la fois tournée vers ses adhérents, vers l’environnement social et professionnel du groupe et vers les pouvoirs publics.

Séance kiné

1°) En direction de ses Adhérents

Elle veille notamment à :

  • Apporter toute information utile tant aux nouveaux diplômés qui recherchent un emploi, qu’aux professionnels en exercice ;
  • Faciliter l’entrée dans la vie professionnelle de ses adhérents, par l’attribution de prêts sans intérêt ;
  • Promouvoir sur le plan professionnel ses adhérents.

Elle contribue à leur perfectionnement scientifique, technique et professionnel par tout moyen adapté à la déficience visuelle.
A cet effet, elle organise des formations continues, séminaires et colloques sur tout sujet intéressant les professionnels déficients visuels.

Elle met à leur disposition une phonothèque, logithèque et vidéothèque ainsi que des revues professionnelles sous la forme sonore et numérique.

Séance kinésithérapeute

2°) En direction du Groupe

Elle veille notamment à :

  • La pérennité de l’accès à la formation et de l’accès au diplôme d’état de masseur kinésithérapeute.
    Aujourd’hui, par exemple, nous travaillons à conserver dans des instituts spécialisés la formation des futurs professionnels aveugles et malvoyants.
    Dans le contexte « d’universitarisation » des formations initiales en santé en France, il nous paraît important à la fois de suivre ce mouvement tout en conservant le savoir-faire des instituts spécialisés.
  • L’entrée en fonction des nouveaux diplômés.
    L’association gère à Paris un centre de kinésithérapie, où exercent une dizaine de masseurs-kinésithérapeutes aveugles et malvoyants.
    Ces professionnels développent leur activité sous la forme libérale. Il s’agit d’un tremplin pour un exercice professionnel en milieu ordinaire de travail. Dans les années 60, époque où l’exercice de la masso-kinésithérapie était plus difficile pour les aveugles, le centre a fait travailler une trentaine de professionnels.
  • Le maintien dans l’emploi des professionnels en activité.
    Il s’agit ici de travailler à la réduction du désavantage conféré par la cécité ou la malvoyance dans certaines situations d’exercice professionnel. Il faut rappeler que nous vivons dans un environnement ergonomique de plus en plus visuel. Aujourd’hui un grand nombre d’appareils de mesure ou de traitement, de logiciels sont inaccessibles aux grands déficients visuels.
    Notre mission est de sensibiliser les fabricants d’appareils ou de logiciels afin qu’ils développent, en liaison avec nos adhérents le plus souvent, des adaptations compatibles avec la déficience visuelle.
    Nous avons travaillé ainsi à l’adaptation d’un logiciel de télétransmission des données pour les masseurs-kinésithérapeutes aveugles exerçant en secteur libéral. Ce travail s’est fait directement avec les développeurs du logiciel.
    Nous sommes en contact permanent avec des sociétés qui commercialisent des appareils de physiothérapie. Nous leurs demandons des adaptations pour les déficients visuels, qu’ils nous consentent gratuitement le plus souvent.
Rééducation kiné

3°) En direction des Pouvoirs Publics

Elle veille notamment à :

  • Grâce à sa représentativité au plan national, l’un de ses membres siège dans une commission du Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées (Conseil Supérieur des Professions Paramédicales, commission des masseur-kinésithérapeutes – CSPPMK).
    La représentation auprès du CSPPMK est stratégique pour le groupe des aveugles et malvoyants qui, par ce biais peuvent faire entendre leurs préoccupations auprès des autorités administratives et politiques. En même temps, ils peuvent, comme tous les autres acteurs de la profession, constituer une force de proposition pour la promotion de leur métier.
  • Au-delà, notre mission est de sensibiliser le politique pour que soient prises en compte les particularités d’exercice des aveugles et malvoyants dans ce secteur d’activité.
    L’année 2003, année européenne des personnes handicapées, à été pour nous l’occasion d’insister auprès de nos interlocuteurs administratifs et politiques sur le bien fondé économique et social d’une politique d’intégration des déficients visuels par la profession de masseur-kinésithérapeute.
  • Elle développe une politique d’information, de communication et d’action auprès des pouvoirs publics, associations syndicales, professionnelles et typhlophiles au niveau national et international.
    Au niveau international, elle a organisé en octobre 2000 à Paris, en liaison avec d’autres associations partenaires, une conférence internationale importante. Celle-ci a contribué à des échanges professionnels essentiels conditionnant la promotion professionnelle et sociale des aveugles et malvoyants dans les domaines du massage et de la rééducation.

Michel GOUBAN, président de l’UNAKAM de 1996 à 2004.

La vie associative est en France consubstantielle de la démocratie. Dès lors que plusieurs personnes ont des convergences d’intérêts, elles opèrent un regroupement sous la forme d’une association régie par la loi de 1901 le plus souvent.

L’UNAKAM articule les intérêts individuels et collectifs de ses adhérents.
Sa mission est d’offrir des services aux masseurs-kinésithérapeutes aveugles et malvoyants, de défendre et représenter le groupe auprès des pouvoirs publics et organisations professionnelles et typhlophiles.

Dans une profession traditionnellement exercée par les déficients visuels et, a priori, bien adaptée, l’association tente de réduire le désavantage qui résulte inéluctablement de l’exercice d’une activité en situation de cécité ou malvoyance dans un secteur d’activité concurrentiel.